Archives par mot-clé : création

Gourmands de mots : passez commande !

« Appendice (The End) »


« La gardienne des feuilles »

« La course du messager »

« Numéro 4 », en mémoire des millions de moineaux friquets exterminés 
lors de la campagne des quatre fléaux, (la mouche, le moustique, le rat et le moineau) 
de Mao
​ contre la famine en Chine de 1958.

Je développe un nouveau concept pour mes dernières créations qui élargit le champ des interprétations de l’oiseau, et ajoute une dimension sémantique à l’oeuvre. 
Je propose à l’amateur de me fournir son propre livre, et de m’expliquer ce qu’il veut faire passer à travers mon oiseau, son rapport au livre, … Afin que je puisse imaginer la composition qui traduira au mieux son message. 
Pour les amoureux des arts et de la nature, les écrivains, littéraires, auteurs, les éditeurs, libraires, bibliothécaires, les bibliophiles et autres gourmands de mots, les imprimeurs, relieurs, … !

Création en Corée du Sud

Un diaporama pour vous donner un aperçu de la création de mon boiseau en Corée du Sud cet été :

« Fenêtre sur l’âme de Suhwa » fut sélectionné pour faire partie de la collection du Musée Kim Whanki sur l’île d’Anjwa.

Un grand merci à l’association ARTEC, grâce à laquelle j’ai candidaté pour cette résidence d’artistes.

Fenêtre sur l’âme de Suhwa

Pour sa 6ème édition, (août 2017) le Kim Whanki Festival invite ses artistes à créer des oeuvres d’art basées sur le thème de « La Résonance », dans l’atmosphère de la magnifique île d’Anjwa, en Corée du Sud. De quelle manière vais-je résoner au thème de la résonance ? Comment vais-je rentrer en résonance avec Kim Whanki et l’île d’Anjwa ?

Cliquez pour agrandir …

«Fenêtre sur l’âme de Suhwa » est le titre de mon installation. Suhwa veut dire l’homme qui parle aux arbres, c’était le surnom de Kim Whanki. La métaphore sur l’oiseau introduit l’ouverture sur un autre espace psychique.

La fenêtre bleue, couleur chère à Kim Whanki, invite le public à regarder l’oiseau autrement. Elle accroît l’interaction de l’observateur avec l’oeuvre. L’oiseau représente l’âme du rêveur comme celle d’un disparu.

Sur la piste silencieuse

Assemblage bois, branches flottés, plumeau de brosse, socle écorce sur médium. Rehauts de couleurs acryliques (hauteur : 36 cm ; longueur : 42 cm). Création 2016.

En exposition chez BC Pierron, à L’Atelier Perché – 18 rue Ville Close – 61130 Bellême – France
Dix de mes boiseaux sont exposés avec les peintures de Bernard-Christian Pierron (réalités abstraites, cosmos imaginaire) et de Michel Plaisir (Maxiréaliste)

J’usqu’au 12 mars 2017
Bc.PieRRoN

En art, je fais ma part … du colibri !

« Comme le dit mon ami Pierre Rabhi, je fais ma part … du colibri.
Le bois flotté c’est le temps qui passe, un vecteur de mémoire, naturellement renouvelable.

colibris

Sans cesse à la recherche de la forme qui me touche, me parle.
Je capte l’invisible et le recrée pour le partager.

colibrisvol

Le mettre en mouvement dans l’instant de vérité, de vraisemblance.

colibrisvola

Evocation de l’oiseau, symbole de liberté, comme une échappée,
de notre conscience survolant nos limites. »